La photo de la semaine

Rémunération de l'auteur

Amérique quand tu me tiens!!

            Toute passion vaut la peine d’être partagée et c’est chose faite aujourd’hui avec la création de ce blog. Comme le titre vous l’indique, j’aimerais parler ici de ce qui occupe une place importante dans ma vie : le monde hispanique. Mais pourquoi un tel attrait ? Comment ce monde s’est-il emparé de moi ? En fait, tout vient d’une enfance passée entre la France et cette Espagne que je vénérais et que j’idéalisais tant. Jamais je n’oublierai les odeurs qui envahissaient les ruelles de Hondarribia ! Jamais je ne cesserai de me remémorer ces villages médiévaux, cette Castille de Machado brûlée par le soleil de juillet. Jamais ne me quitteront les frissons que m’ont provoqués les tableaux de Goya, Vélasquez ou du Gréco. Et toujours je prendrai plaisir à lire et relire les plus belles pages de Cervantès, de Lorca ou de Galdos.  Tout n’était que fascination et quand il fut temps de choisir les études qui allaient peut-être me permettre de préparer ma future vie d’adulte, tout se bouscula et contre toute attente, adieu les désirs (et la fierté !) de peut-être devenir médecin, vétérinaire ou juriste. Seul m’importait l’enrichissement culturel et la possibilité de découvrir plus profondément ce monde hispanique que j’aimais tant. C’est alors que mes années universitaires m’ont comblé par l’étude de ces civilisations merveilleuses et de ces auteurs qui ont changé la face du monde des Lettres. Puis l’heure des voyages est venue et c’est stupéfait que j’ai mis une image sur l’anarchie mexicaine décrite par Carlos Fuentes, sur l’incroyable cité de Macchu Picchu, adulée dans les vers de Pablo Néruda ou sur ce Buenos Aires que Gardel évoque si souvent.C’est donc tout cela que je désire partager avec vous. Et ma plus grande joie serait de vous faire connaître ces peuples et ces contrées qui ne peuvent laisser quiconque indifférent. Je m’efforcerai donc de vous apporter un maximum de renseignements qui pourraient vous aider dans vos recherches ou tout simplement dans la préparation de vos futurs voyages. Pour le moindre doute, la moindre interrogation sur ce sub-continent, n’hésitez pas et contactez-moi. Cest avec plaisir que je tenterai de vous aider.

 

                                                                                  

                                                                               

Dimanche 30 novembre 2008

 

 

Pour beaucoup, le Pérou est un pays de mystère où se cachent les grands condors qui seraient les seuls à détenir les secrets de ce monde merveilleux.  Du haut des cieux, ils s’affrontent aux vents et observent avec hargne et discernement le sol désertique et poussiéreux péruvien où se trouve leur véritable festin. Comme ces oiseaux des Andes, c’est du ciel que Paul Kosok, en 1939, chercha une réponse à un autre mystère. A bord de son petit coucou, le soleil couchant du solstice d’été lui révéla une étrange apparition…

 

Entre l’océan pacifique et les Andes péruvienne, un immense plateau désertique porte les marques mystérieuses d’une civilisation disparue il y a plus de 2500 ans : le peuple Nazca.

Dans cette région désertique, d’étranges lignes ont été tracées sur un peu plus de 500 km². Des lignes qui représentent des formes géométriques, des animaux et des plantes qui ne sont visibles que du ciel. Les tracés de Nazca ont été découverts au début du XXème siècle lors du survol de la région. 18 représentations animales sont alors identifiées, gravées dans le sol, dont un singe de 135 mètres, d’une araignée et d’un condor. Des figures qui peuvent atteindre jusque 1 km de long. Et si ces formes ne sont visibles que du ciel, une question se pose alors : pour qui, par qui et pourquoi ont-elles été tracées ?

               En réalité, il n’y a pas d’explication convaincante, ce qui a donné lieu à de nombreuses hypothèses dont certaines extravagantes. Par exemple, on dit qu’elles auraient été faites par des personnes capables de voler, donc des personnes venues du ciel. C’est ce que beaucoup de péruviens veulent croire.

Certaines lignes ressembleraient même à de véritables pistes d’atterrissage et plus étrange encore, cet énorme dessin surnommé par les péruvien : l’extraterrestre.

Pour tenter d’élucider ce mystère qui entoure ces lignes, il faut se référer aux traditions nazcas qui proposent plusieurs hypothèses : un calendrier solaire qui reflète les astres, des canaux d’irrigation utiles dans cette région si aride et ces derniers temps, une nouvelle hypothèse est mise en avant par les archéologues : ces figures auraient servies à des rites religieux. Alors, rites funéraires ? Observations astronomiques ou preuve d’une existence extraterrestre ? Il n’y a pas d’explication réellement satisfaisante. Ces lignes de nazca restent une énigme  pour les spécialistes qui reconnaissent leur impuissance pour expliquer comment ces dessins ont été créés, pourquoi et par qui. Nul ne peut contester ce formidable trésor archéologique laissé par un peuple qui a souhaité immortaliser les traces d’un savoir. Les années se suivent et les lignes continuent à stupéfier les touristes et à déconcerter les historiens.

Leur message est peut-être inscrit dans le sol mais ce désert refuse toujours de dévoiler ses prestigieux secrets.

 

 

  Le fameux extraterrestre.-Nazca

 

 

 Le Colibri-Nazca

 

 

 

  Le condor - Nazca

 

 Le Singe- Nazca

 

  L'araignée-Nazca

 

 

Comment y aller :

 

 

         Depuis la ville de Nazca, les visites sont extrêmement faciles puisqu'il existe de nombreuses agences qui vont vous proposer cette visite. surtout, même si le prix est un élément déterminant dans le choix de votre visite, faites bien attention au type d'avion. Les avions 6 personnes et plus sont peu chers mais vous risquez d'être très déçus dans ce cas car vous ne verrez rien. Préférez donc un trois places pour profiter du spectacle (chaque passager a son propre hublot).

          Si vous pouvez éviter de passer une nuit à Nazca, ne perdez pas votre temps car il n'y a vraiment rien à voir dans cette petite ville. En venant de Arequipa, par exemple, le bus arrive tôt le matin, vers 7 heures, ce qui permet de profiter pleinement des lignes et de reprendre le bus de 15 heures en direction de Paracas, Ica ou Lima. 

par Sébastien Poutrain communauté : Voyages commentaires (11)   
ajouter un commentaire recommander créer un trackback
Retour à l'accueil
 
Blog : Sport sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur avec TF1 Network - Signaler un abus