La photo de la semaine

Recommander

Cliquez ici pour recommander ce blog

Petits conseils pratiques

    

                                                                                                                                 

                     

        L’Amérique latine se compose de 24 pays et s’étend du Rio Grande, frontière naturelle entre les Etats-Unis et le Mexique, et le Cap Horn. Cette immensité territoriale explique la diversité des climats et des paysages. Ici, on passe des forêts vierges tropicales aux déserts de sable, des plaines côtières aux hauteurs impressionnantes des Andes, des plages magnifiques des caraïbes aux étendues perturbantes de la Patagonie. Chacun peut donc y trouver son bonheur! Mais pour profiter pleinement de ces contrées splendides, respectez quelques conseils pratiques.

 

 

 

 

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES

 

Billet d’avion : quoi qu’on en dise, il est important de rappeler que LEGALEMENT, un billet retour est nécessaire. Même si les douaniers ne demandent guère ce document, le risque réside à l’embarquement. La compagnie est tenue, en effet de respecter les lois du pays d’accueil même si lui-même passe outre, et c'est souvent le cas. Ainsi, il est de plus en plus fréquent, que la compagnie refuse l’embarquement si on ne peut prouver qu’au-delà de la durée permise pour le touriste, on aura quitté le pays d’arrivée. A titre d’information, à Paris Charles de Gaulle, la compagnie française refuse l’embarquement à plus de 5 passagers par semaine. Dans ce cas, votre billet est perdu et aucune assurance ne prendra en charge le remboursement car je vous le rappelle vous êtes RESPONSABLE et TENU d’avoir consulté les conditions d’admissions auprès des Ambassades. 

Passeport : en général, seul le passeport valide est requis mais pour certains pays, on demande qu’il soit valide six mois après la date de retour. VERIFIEZ donc bien la validité de vos papiers.

 Et préférez toujours d’en avoir une supérieure à six mois. C’est beaucoup plus prudent et si vous faîtes plusieurs pays, pas de souci à chercher les formalités administratives des uns et des autres.

Visa : actuellement, aucun pays d’Amérique latine ne demande l’obtention d’un visa d’entrée pour les européens. Une autorisation vous est accordée lors de votre arrivée, valable en générale 90 jours. Si vous allez dépasser cette autorisation, rendez-vous à « Migraciones » qui renouvellera ce délai (payant bien sûr) ou tout simplement en passant les frontières d’un pays voisin (facile et gratuit). Il n’y a pas de durée limite à respecter. Ainsi, si vous logez à Buenos Aires, prenez le bateau et allez passer une journée à Colonia (Uruguay).Votre visa touristique sera alors prorogé de 90 jours supplémentaires. 

Permis de conduire : peu de pays américains requiert aujourd’hui le permis international. Par prudence, on ne sait jamais comment évoluent les pays latinos, allez en demander un à votre préfecture. C’est gratuit (En France) et vous serez tranquille. IMPORTANT : ce permis international doit obligatoirement être accompagné du permis d’origine pour être valable !  

Les pertes ou les vols sont possibles où que vous soyez. Quand on est à 10 000 kms de son pays, il est difficile d’obtenir les photocopies des documents nécessaires pour renouveler un passeport par exemple. Pensez donc à partir avec :

-         Photos d’identités

-         Photocopies de votre passeport

-         Contrat d’assurance médicale

Pour gagner de l’espace et encore plus de sécurité, SCANNEZ ces documents et basculez-les sur votre boîte mail. Ainsi, dès que vous en avez besoin, rendez-vous dans un Locutorio et faîtes-en une photocopie.

A prendre ou à noter également :

     - Numéro de votre carte bleue avec sa validité et son crypto

      - Numéro de téléphone du centre d’opposition

      - Téléphone de l’Ambassade de France dans le pays d’accueil

      - Téléphone de la compagnie aérienne

Séjours prolongés avec recherche d’emploi : quand vous venez en Amérique latine pour trouver des emplois, on vous demandera des papiers : diplômes, acte de naissance, casier judiciaire entre autre. Sachez que tout document administratif ISSU des institutions gouvernementales, avant d’être traduit par un traducteur reconnu par l’Etat, doit comporter l’APOSTILLE de La Haye. Pour ceci, il suffit de vous rendre avec vos documents au Tribunal de Grande Instance. 

 

 

 

 

FORMALITES SANITAIRES

 

Vaccins : le problème des vaccins est beaucoup trop délicat pour que je m'étende dessus et je  vous conseille uniquement de contacter le service des voyageurs de l’institut Pasteur. Ils sont informés au jour le jour de l’état des foyers épidémiques.

 

www.pasteur-lille.fr/fr/sante/voyageurs.html 

 

 

ATTENTION : la Bolivie n’exige pas le vaccin contre la fièvre jaune MAIS, ses pays voisins, peuvent vous l’exiger quand vous venez de ce pays. PRENEZ GARDE et comme toujours renseignez-vous !!!!

Hygiène : le changement d’alimentation, du climat, de l’altitude et le décalage horaire peuvent créer des désagréments les premiers jours. C’est normal et pas trop dangereux. Mais si vous voyez qu’une fièvre s’installe, que les diarrhées deviennent abondantes et douteuses, consultez rapidement.

En général, les premiers jours, évitez de manger les fruits et légumes crus, les produits laitiers et de boire les boissons à base d’eau ou comportant des glaçons. Pour plus de sécurité, lavez- vous les dents avec de l’eau en bouteille ! Si vous restez peu de temps, ne soyez pas tenté de manger les tonnes de choses qu’on vous proposera dans les rues. Votre corps n’étant pas habitué, il réagira rapidement.

Sorroche(mal d’altitude) : aucun moyen de savoir si tel ou tel individu sera atteint par ce mal quand on commence à monter dans les Andes. Aucun traitement n’existe non plus. Une seule préparation, de la prudence et une hygiène de vie permettront de limiter les risques. Ainsi :

-         Prévoyez votre programme en faisant des étapes progressives et restez un peu plus de temps dans les étapes les plus hautes. Ceux qui arrivent à La Paz le soir, et décident de repartir le lendemain, ne sont rien d’autres que des inconscients. Un corps doit être préparé. D’ailleurs, il vous le fera vite sentir.

-         Buvez beaucoup (pas d’alcool !!)

-         Mangez léger en supprimant l’excès de graisse

-         Pensez à ne pas fumer

-         Marchez doucement

-         Prenez votre temps en vous reposant dès que le souffle tend à peiner

-         Buvez le thé de coca ou de moya (effet non prouvé mais bon, ce n’est pas dangereux, ce n’est pas mauvais et ça crée des liens sociaux)

A emporter :

 

-         Vos médicaments habituels (avec les ordonnances où apparaissent le noms des molécules et non des médicaments eux-mêmes qui sont inconnus à l’étranger bien sûr !!)

-         Désinfectant intestinal

-         Antibiotique à large spectre

-         Paracétamol ou équivalent

-         Pansements et eau oxygénée

-         Petits ciseaux et pince à épiler (à mettre en soute et non dans le bagage à mains sinon ils seront confisqués à l’aéroport)

 

Assurances :comme vous le savez, la santé en Europe, et principalement en France est une des moins chères du monde. La sécurité sociale ne vous remboursera donc que sur une base française. L’Amérique latine a un système proche de celui des Etats-Unis d’Amérique donc beaucoup plus cher !! Quand vous achetez votre billet, n’hésitez pas à souscrire l’assurance multirisque. Une trentaine d’euros, ce n’est rien par rapport à une ruine éventuelle.
       Pour les longs séjours, n'oubliez pas de souscrire une assurance spéciale et de mettre fin au contrat de votre mutuelle qui ne sert plus à rien! Encore une fois, pour la  santé, regardez plutôt les prestations que les prix!!!

Système médical : en général, les médecins et le système médical sont très performants. A Cuba, par exemple, les médecins sont réputés pour être les meilleurs au monde et leur savoir-faire fait partie des exportations du pays.

 

 

 

SECURITE

 

        

              Exceptées quelques grandes villes, vous allez être étonné de la gentillesse des ”latinos”, de leur disponibilité et de leur dévouement. Evitez cependant de vous promener en soirée dans les rues de Rio ou de vous rendre seul dans les favelas (en plus de l’insécurité omniprésente, je pense que cette curiosité malsaine est à éviter mais là, libre à la morale de chacun!!). Les rues de Caracas ne sont pas très fréquentables la nuit. Rimac à Lima est à éviter. Buenos Aires, comme toute grande ville connaît quelques excès d’insécurité. Mais ne soyez pas parano! Pour éviter tout danger, soyez prudent et n’arborez pas la dernière Rolex, votre Ipod dernier cri ou l’appareil photo hyper perfectionné. Prenez le strict minimum en argent et si jamais il vous arrive quelque chose, ne résistez pas. Donnez ce que vous avez!! Votre vie est plus importante que quelques euros!!!  

                Beaucoup de soucis avec les taxis. Lisez la partie "transports intérieurs" surtout si vous vous rendez à Mexico.        

 

 

 

 

PAUVRETE

 

 

          La pauvreté est malheureusement quelque chose que vous allez souvent rencontrer dans ces pays mais n’oubliez pas que ces gens ont également un amour propre (certainement plus développé d’ailleurs que dans les autres pays) et détestent la pitié. Evitez de donner de l’argent ou alors faites-le en échange de quelque chose (poupée, écharpe…). Surtout s’il vous plaît, ne marchandez pas auprès des pauvres enfants qui vous sollicitent. Combien de fois ai-je entendu des français se vanter d’avoir “casser les prix”. Ici, ce n’est pas un jeu!!!!! Un enfant ne loupe pas l’école pour enorgueillir un européen. S’il le fait, c’est qu’il en a besoin!!! Même si vous ne lui prenez rien, et il ne vous en voudra pas d’ailleurs, partagez votre temps avec lui : un sourire, un regard, une partie de foot sur la place avec une boîte de coca-cola ou un caillou. ce sera cinq minutes de bonheur pour lui et un souvenir inoubliable pour vous.  

        Parfois des situations d’urgence s’imposent. Si vous vous rendez sur les îles du lac Titicaca (Amantani surtout) ramenez aux familles d’accueil des choses essentielles comme du riz, du sucre, de la farine ou de l’huile. Certes, vous payez l’excursion mais les pesos que vous donnez vont enrichir le Tour opérateur ou l’agence de voyages. Ces gens vont se couper en quatre pour vous donnez le peu qu’ils ont, c’est à dire rien!!! Le sucre que vous leur amènerez par excellent rendront les enfants heureux quand leur mère s’en servira pour leur faire de bons petits beignets !

 

 

 

 

 

 

CLIMATS

 

 

   Evitez Les caraïbes (Cuba, République Dominicaine, Yucatan) de juin à fin octobre car cette saison humide s’accompagne souvent de cyclones. La meilleure saison s’étend de novembre à avril. Sur Cuba, une goutte froide peut se présenter vers le mois de février. En règle générale, les températures sont agréables, plus chaudes en saison humide.

      En Amérique du sud, les saisons sont inversées par rapport aux nôtres. Ainsi, en juillet août, les températures baissent énormément et peuvent être très fraîches selon les zones (Andes par exemple). Pourtant la saison est plutôt favorable pour les visites car le ciel est souvent très dégagé. De septembre à mars, les Andes connaissent la saison des pluies et celles-ci peuvent être abondantes. Si vous décidez donc de faire les treks, choisissez une période en dehors de la saison des pluies. Le Chemin de l'Inca (Pérou) est par exemple fermé en février.

      N’oubliez pas que les températures changent rapidement à cause des différences d’altitude. Prenez donc vos précautions vestimentaires.

 

 

 

 

 

TRANSPORTS INTERIEURS

 

 

Pour vous déplacer à l’intérieur des pays, le bus est la meilleure solution. Toutes les villes sont desservies. La ponctualité y est strictement respectée et les règles de sécurité sont appliquées par les plus grandes compagnies. Chaque ville possède sa gare routière et tous les conforts vous seront proposés. Les compagnies sont nombreuses mais généralement, l'une d'elle a la chance d'avoir le privilège d’être mieux appréciée par les touristes. Elles sont souvent un peu plus chères que les autres mais le service est plus soigné et le confort appréciable quand on doit faire de longs trajets, ce qui n’est pas rare dans ces pays aux dimensions impressionnantes.

        Malheureusement pour les pays immenses que sont le Brésil et l’Argentine, la durée des trajets en bus est extrémement longue. Prévoyez donc un voyage de nuit (on économise une nuit et une journée de visite) ou un autre moyen de transport : l’avion.

        Pour le Brésil, la compagnie Gol, propose toutes les destinations depuis chaque ville à des prix plutôt intéressants. Pour l’Argentine, la situation est autre puisqu’il n’existe pas de trajet direct entre les villes de province. Pour passer d’une ville à l’autre, le passage par Buenos Aires est obligatoire. Les tarifs sont donc élevés et la perte de temps peut être considérable. Les tarifs sont également souvent différents pour les résidents argentins et les touristes. C’est comme ça ! Aucune explication véritable : privilège national ?! Pour certains trajets, je pense de suite au Buenos Aires- El Calafate ou Ushuaia, réservez vos vols à l’avance car ils se remplissent très vite. Ce serait quand même dommage de manquer le Perito Moreno ou Upsalla par manque de prudence !

        Le train est très peu utilisé. Il est même souvent inexistant. Il reste quelques trajets touristiques qui peuvent être très sympathiques :
- E
l tren el Cañon del Cobre au Mexique (los Mochis-Chihuahua) 
 - El tren a las Nubes (Salta-Argentine). Ne le cherchez pas, il n’existe plus. Après un accident à 4000 mètres d’altitude, il avait été fermé quelques années et en août dernier, on avait décidé de le rouvrir.  Ce fut pour de courte durée car d’autres incidents ont mis fin à cette excursion qui était d’une beauté époustouflante.      

       Exceptée en Argentine, au Chili et au Brésil, vous vous rendrez compte que les seules voitures présentes sont des taxis. ce sont donc d'excellents moyens pour se déplacer mais prenez toujours garde. En général, le danger est juste un problème d'arnaque. Alors, afin de ne pas vous faire prendre pour la vache à lait, demandez toujours le tarif avant la course. Ceci ne se produit pas quand il y a un compteur (Argentine par exemple). Souvent, il y a le choix entre les taxis officiels, les privés 'remis) et les autres. Ne cherchez pas à savoir qui est qui. Comme les cartes sont falsifiées, vous ne trouverez pas. En général, il ne peut rien vous arriver de grave SAUF sur le Mexique où là, un taxi sur trois est un faux taxi et il est vraiment imprudent de les prendre car les risques de kidnapping ou de vol sont très élevés!!!! Donc, ne prenez jamais un taxi en le sifflant dans la rue. Demandez à un barman, au restaurant de vous en appeler un. Ils vous le feront volontiers et vous ne risquerez rien.       

 

 

 

 

 

 
Blog : Sport sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur avec TF1 Network - Signaler un abus